AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Diverses aventures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mynock
Milicien
avatar

Nation : Brakmârien
Messages : 587
Age : 22
Conjoint (e) : Dyin, apparemment.
Localisation : Chez lui, en train d'élever son môme
Métiers : Paysan (30) Boulanger (36)
Humeur : Paternaliste

MessageSujet: Diverses aventures   Mar 25 Mai - 5:46

Du sang. De la violence. Des combats. Mynock en rêvait.
Depuis quelques temps déjà le sang dans ses veines bouillait à l'idée de tuer.
Il ne supportait plus d'être pacifique. En quelques années, il avait changé.
Ce n'était plus un féroce guerrier, mais une loque : un homme sans avenir pour qui vivre était devenu une torture. Depuis que sa fiancée et sa soeur- la seule famille qu'il lui restait- étaient mortes, l'âme de Mynock l'était aussi.
Plusieurs fois il avait tenté de mettre fin à ses jours, mais la grande faucheuse ne voulait pas de lui dans son royaume.Il était détruit.
Le fait de voir son amour mourir devant lui, de n'avoir rien pu faire pour la sauver ; le fait que ce soit des bontariens, la patrie de son amante qui l'ait tuée, fit perdre à Mynock la confiance qu'il avait en l'humanité.
Bonta et Brakmar l'avaient trahi. Il était au bord du gouffre. Il tentait de ne pas le montrer, il se devait d'être fort. Mais être fort quand la vie vous incite à être faible, est ce la solution ?
Alors, Iop était apparu. il lui avait insufflé l'espoir.
Depuis quelques temps, Mynock pensait a revivre.
C'est pour cela qu'il entra à la taverne, un parchemin à la main et un air grave sur son visage.
Il afficha sa missive sur un panneau. On pouvait y lire :

"Miliciens,miliciennes,
J'ai eu une vision. Mon heure n'est pas encore venue. Je peux encore remonter la pente. Mais pour cela je dois partir, me ressourcer, oublier mes fantômes. C'est pour cela que durant le mois à venir, vous ne me verrez pas en Amakna. Quoique, ma quête peux mener mes pas en ces contrées. Si c'est le cas, je ne pourrais rentrer en contact avec vous. Je dois canaliser mon énergie, afin de parvenir à accomplir mon destin.
A mon retour, c'est un nouveau Mynock que vous retrouverez.
Que Iop vous protège,
Mynock."


Il sortit, enfourcha sa dragodinde et partit au galop. Quelque part dans le ciel, les siens le regardé. Il sourit, et prit la route du bonheur.

[Il y avait 2 manières de me dédroguer, la douce et la forte. La douce n'ayant pas marché, je tente la forte, a savoir une rupture claire et nette avec le PC pendant 1 mois. Si Myn est connécté, ce sera mon frère dessus. J'essaierai de passer sur le forum, pour valider les candid, les trucs comme ça. Bref, passer un bon mois de juin Very Happy ]


Dernière édition par Mynock le Mar 14 Juin - 8:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mynock
Milicien
avatar

Nation : Brakmârien
Messages : 587
Age : 22
Conjoint (e) : Dyin, apparemment.
Localisation : Chez lui, en train d'élever son môme
Métiers : Paysan (30) Boulanger (36)
Humeur : Paternaliste

MessageSujet: Requiem for a iop   Sam 10 Juil - 22:31

[ Me revoilà avec un petit texte...Qui fera avancer l'histoire, et devrait me permettre, une fois le texte finit, de revenir dans l'aventure. Bonne lecture]

Le sang coulait. La douleur, atroce, l'immobilisait. Il était à genoux, haletait. Une ombre s'avança vers lui.
Il releva la tête, et vit Nitroz, un sourire narquois aux lèvres.
Le xélor jubilait. Enfin, son but était atteint. Il avait éliminé la cause de tout ses problèmes.
Mynock allait appartenir au passé. Nitroz serra sa dague plus fort. Elle était recouverte du sang de son ennemi.
D'un geste précis, il l'enfonça dans la poitrine du iop. Ce dernier hurla, une lueur de rage dans le regard.
La colère décupla ses forces. Il se releva, son épée à la main. Nitroz paut surpris.
Il regardait Mynock, qui respirait difficilement. Qu'importe que ce grand dadais soit encore vivant.
Nitroz ne s'en amuserait que plus. Il se delectait de voir souffrir celui qu'il avait appelé mon frère.
Ce frère impie, qui avait tué sa famille à lui, Nitroz.
D'abord sa jeune soeur, puis son père.
Nitroz s'était retrouvé seul, fou de douleur. Il avait juré de retrouvé Mynock. De le tuer, lentement, afin que sa dernière
heure soit la pire de son existence.
Et il avait presque réussi. Maintenant il fixait son adversaire. Le iop paraissait heureux. Nitroz fut interloqué, Mynock
était donc si débile que ça. Il allait mourir et il était content ?!.
Nitroz ne se posa pas de questions. Ce combat avait assez duré. Il leva sa main, prêt à lancer le sort qui enverrait Mynock
au royaume de Sram. Le Iop n'essaya pas d'attaquer. Il s'affala sur le sol, inconscient.
Nitroz avait réussi. Mynock avait succombé à ses blessures. Il s'autorisa un rire, sombre, lugubre.
Il ignorait que Mynock vivait encore. Son pouls était faible, sa respiration quasi inexistante, certes, mais mynock n'était
pas mort.Pas encore.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mynock était parti depuis quelques jours. Il n'avait pas dit où. Il n'avait pas dit combien de temps. Ni si il reviendrait.
Une simple phrase sur un parchemin. "On a besoin de moi.".
Il n'avait rien dit a personne. Etait parti la nuit, silencieusement. Il avait fait attention a ne pas se faire voir.
Il ne savait pas où il allait. Il suivait son instinct. Il le mena sur un continent de glace, appelé frigost.
Là bas, tout était d'un blanc virginal. La neige recouvrait tout. Le paysage inspirait la pureté, la vie.
Mynock y était bien. Mais son voyage n'était pas fini. Il devait aller au Nord.
Mais rien n'est facile dans la vie, et le Iop encore une fois s'en rendit compte.
Ses pas s'enfonçaient lourdement dans la neige. Avancer devenait difficile. Son allure ralentie considèrablement.
Et, comme si cela ne suffisait pas, Mynock devenait paranoïaque. Il avait l'impression qu'on le suivait.
Chose imposible, personne ne savait où il était.
Pourtant, ce qui n'était qu'une idée se revela être vraie. Et ça se rapprochait.
Le iop hésita. Devait il continuer, ou retourner sur ses pas et combattre la chose.
Il choisit la seconde option.
Leurs chemins se croisèrent à la taverne du dernier village qu'avait traversé Mynock.
Le guerrier reconnu immediatemment son adversaire : Nitroz.
Nitroz, le frère de feu sa fiancée. Nitroz qui le haïssait. Nitroz, de qui le coeur réclamait vengeance.
Mynock comprit que son salut était proche.
Le xélor ne l'avait pas encore remarqué. Il prit un parchemin, une plume, et son sang en guise d'encre.
Il pensait qu'avec l'odeur de son sang, on pourrait le retrouvé une fois que le xélor aura fait son affaire.
Mynock savait que ses chances de réussite étaient mince.
Le xélor avait atteint le cercle 200. alors que lui n'était que de cercle 85.
Il écrivit " Si vous avez ceci dans les mains, c'est que je suis mort. retrouvez mon corps et offrez lui une sépulture
décente. Mynock Do'Ilundil.".

Il confia son parchemin a un tofu voyageur, et glissa à la patte du petit volatile une bague.
Unique vestige de son passé. La bague avec les armoiries de sa famille. La dernière personne à qui il l'avait confiée était
morte. Il esperait que cette fois, la personne qui la trouverait aurait plus de chance.
Douloureux souvenirs. Gravés dans sa mémoire. Lui, il n'oublirait pas. Même dans la mort, il se souviendrait de
ceux qu'il avait aimé.
Mynock sorti de la taverne, discretement. il se dirigea hors de la ville. A peine fit il 200 mètres qu'on le hélas.
- Mynock !
Une voix sombre,mieilleuse. Le xélor était sur de sa victoire.
Le Iop se retourna. Il dégaina sa lame.
Il ne mourrait pas sans se battre.
Le xélor se teleporta jusqu'a lui. Ils se jaugerent du regard, s'evaluerent.
Autour d'eux, la neige se mit a tomber.
On n'entendait plus aucun son. Le silence régnait. Même la faune s'était tue.
La lame siffla. Avec dextérité, Mynock avait visé le torse de Nitroz.
mais le xélor avait esquivé, facilement.
Le combat était lancé. Les coups pleuverent.
Les deux adversaires entamerent une danse silencieuse. Seul le bruit des lames s'entrechoquant rompait le néant.
Mynock s'aperçu bien vite que Nitroz jouait avec lui.
Au bout de 10 minutes, de passes, d'esquives et de ripostes, les deux adsversaires n'étaient toujours pas bléssés.
La vraie bataille commença. Les sorts fusèrent, tous plus devastateurs les uns que les autres.
Le xélor n'avait rien, ou presque. Mynock avait réussi à le toucher à l'epaule. Une longue entaille. Il ne pouvait plus
se servir de on bras gauche. Chose inutile, le xélor était droitier.
Le combat dura 30 minutes. 30 minutes durant lesquelles Mynock subissait.
En plus d'une plaie au thorax, le xélor graçe à une frappe lui avait brisé la jambe, et infligeait de nombreuses blessures
un peu partout sur le corps. Mynock était à terre.
C'était fini.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mynock était aux pays des rêves. Il avait vu le xélor lever le bras, pour lancer le sort final, quand une lumière blanche
était apparue et avait foncée vers lui. Il s'était alors évanoui.
A présent, il était dans une prairie, au centre de laquelle se tenait une femme.
Elle lui souriait. Alors, le coeur de Mynock explosa.
Enfin il la retrouvait. Enfin ses rêves les plus chèrs étaient exaucés.
C'était Enairo, sa défunte fiancée. Il s'avança vers elle, riant.
Il la serra dans ses bras, respira son odeur, ne voulant la lacher.
Il ne pouvait parler. Ses larmes coulèrent. Il vit une silhouette s'avançait.
Une fécatte approcha. Sa soeur.
Mynock compris alors qu'il ne rêvait pas. qu'il était au royaume de sram.
Que sa vie avait prit fin.
Il regretta de ne pas avoir dit adieu aux vivants.
Au loin une voix cria son nom.
Une voix inquiète. Il ne comprenait pas.Il était mort
- Tu dois y aller. Le moment n'est pas venu de se retrouver.
Il regarda sa soeur et sa fiancée. Il asquiessa. Elles s'éloignerent tels deux fantômes.
Il tendit les mains dans leurs directions, ne pouvait les rattraper.
La voix hurlait toujours son nom.
-MYYYYYYNOCK !
Il sombra alors dans le néant, un doux sourire aux lèvres.

[ Vivra il, ou pas..La suite un jour. ]


Dernière édition par Mynock le Mar 22 Fév - 7:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mynock
Milicien
avatar

Nation : Brakmârien
Messages : 587
Age : 22
Conjoint (e) : Dyin, apparemment.
Localisation : Chez lui, en train d'élever son môme
Métiers : Paysan (30) Boulanger (36)
Humeur : Paternaliste

MessageSujet: Re: Diverses aventures   Lun 12 Juil - 1:04

[La suite de cette petite histoire. Mais pas la fin..]

Douleur. Intense. Atroce. Paralysante. Omniprésente.
Comment lui échapper ? Comment ? Comment ?!
La neige tombe. Les flocons, glacés, apaise la douleur.
Il ouvre les yeux, s'eveille aux beautés du monde comme un nouveau né.
Mais le monde est horrible. Ce n'est pas l'oeuvre de Dieux, mais plutôt de fous.
Autour de lui la chair brûle, produisant une fumée noirâtre, à l'odeur nauséabonde.
Il voit des silhouettes, souriant machiaveliquement.
L'une d'elles se tourne vers lui.
- Te voilà enfin révéillé Mynock.
La femme pleure de bonheur. Il la connait. Il en est sûr. Mais d'où ?
Elle le presse contre elle.
- Fais gaffe à pas rouvrir ses plaies ! Il a déjà perdu trop de sang.
Une autre silhouette a parlé. Sa voix n'est pas inconnue au Iop.
Il réfléchit, enfin il essaie.
Les silhouettes l'ont soigné, et apparemment le corps carbonisé est celui de Nitroz...
Mais comment ont elles pu le tuer ? Il était si puissant.
Ces silhouettes sont fortes, peut être trop.
Mynock a peur. A quelques mètres de lui, il aperçoit une dragodinde.
Si il parvient à la voler, il pourra s'enfuir.
Mais s'enfuir où ? Il ne sait pas qui il est. Ni d'où il vient. Il sait juste son prénom : Mynock.
Il compte les secondes. Et il s'élance. Il enfourche la dragodinde aussi vite que son corps mutilé le lui permet.
Les silhouettes ne peuvent l'arreter. Il s'élance au galop. Elles le poursuivent.
Mais qu'importe. La liberté lui donne des ailes.

[ Ce texte annonce mon semi-retour. Semi parce que je dois encore bosser à coté. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mynock
Milicien
avatar

Nation : Brakmârien
Messages : 587
Age : 22
Conjoint (e) : Dyin, apparemment.
Localisation : Chez lui, en train d'élever son môme
Métiers : Paysan (30) Boulanger (36)
Humeur : Paternaliste

MessageSujet: Re: Diverses aventures   Mer 14 Juil - 22:19

[Aller l'inspiration m'est venue hier soir, j'ajoute un p'tit tuc pour faire avancer Myn.]

*FLASH*
Deux yeux émeraudes qui brillent. Son sourire. Quelques mots chuchotés.
Je t'aime. Notre enfant. Pour la vie.
*FLASH*


Mynock se relève troublé. Des visions l'assaillent depuis la veille, le plongent dans l'inconscience. Ce n'est pas le moment. Il doit partir, quitter cette terre enneigée. Les deux autres ont retrouvé sa trace.

*FLASH*
Les yeux ne brilleront plus jamais. Le sourire est figé en un rictus de douleur.
Mynock pleure de rage et de désespoir. Autour de lui Six hommes rient de sa souffrance. La colère et la haine prennent le dessus.
Tuer. Hair. Plaisir. Leur douleur l'apaisera. Il empoigne son épée et se jette sur le premier homme à sa portée. Ce dernier le repousse avec difficulté.
Les assassins savent qu'ils ne pourront rien contre un Iop en colère, ils fuient.
Mynock ne les pourchasse pas. Il prend le corps de sa défunte fiancée dans les bras et se laisse aller à la peine.
*FLASH*


En position foetale Mynock demeure immobile.
Les démons du passé le rattrape. Il se souvient enfin, ou presque.
Il était amoureux. Il était vivant.
Mynock comprend enfin.
Son amnésie était une renaissance. Il doit changer. Ne plus être une loque qui s'appuie sur le passé pour reconstruire son futur.
Non, il doit venger son passé pour apprécier son futur.
Ce n'est pas une quête de rédemption qu'il doit entreprendre.
Mais une quête de vengeance.
Il sait la tête qu'ont les tueurs. Il va les retrouver.
Tuer leurs femmes et leurs enfants devant leurs yeux.
Et quand ils le supplieront de les achever, il le fera avec patience.
Avec toujours plus de cruauté.
C'en est finit du Mynock gentil et faible.
Le nouveau Mynock n'aura plus de pitié. Plus jamais.
Oeil pour Oeil, dent pour dent.

*FLASH*
Je t'aime. Je t'aime. Je t'aime. Je t'aime.
*FLASH*


Mynock se relève. Dans ses yeux, une flamme nouvelle.
Un sourire cruel. Il se remet en route.
Il ignore encore une grande partie de son passé.
Mais il connait dorénavant son futur.
Il presse sa dragodinde.
Une nouvelle ère commence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mynock
Milicien
avatar

Nation : Brakmârien
Messages : 587
Age : 22
Conjoint (e) : Dyin, apparemment.
Localisation : Chez lui, en train d'élever son môme
Métiers : Paysan (30) Boulanger (36)
Humeur : Paternaliste

MessageSujet: Re: Diverses aventures   Ven 30 Juil - 10:17

[Et voilà, comme cadeau de départ, la suite des aventures de Mynock.
Certains passages sont violents et peuvent heurter la sensibilité des plus fragiles. Dans ce passage, vous allez découvrir le programme de vacances de Mynock..Et lui, il va pas faire du pédalo ]

La colère, la haine bouillonaient en lui.
Depuis quelques temps, il était aggressif, violent.
Il voulait se battre. Avec n'importe qui et n'importe quoi. Du moment qu'il blessait, rien n'importait.
Depuis plusieurs nuits il pensait à la meilleure manière d'accomplir sa vengeance.
Devait il les retrouver et les tuer? Ou bien les retrouver, les torturer et les tuer ?
Après réfléxion, il avait opté pour le seconde option.
Il avait mené des recherches sur eux, et il était près à suivre un plan d'attaque dévastateur.

Le plus dûr étant d'entrer dans Bonta la blanche. Maintenant qu'il avait adopté les couleurs de brakmar la sombre, la tâche n'en serait que plus hardue.
Heureusement qu'il avait des contacts dans la cité maudite.
Il avait prévu de quoi escalader le mur d'enceinte, chose pas aisée du tout, surtout depuis que ces fillettes de Bontarien avaient renforcé la garde.
Sa dernière éxpedition en Bonta avait conduit à la mort l'un des plus nobles habitants, et accessoiremment son ex beau père.
Il avait aussi tenté d'assassiner Amayiro, mais il n'avait récolté qu'une belle balafre.
Heureusement il avait trouvé de l'aide à temps. Il avait pu être soigné.
Il sourit à l'évocation de ce souvenir. Son amie avait grondé devant sa stupidité et son imprudence, mais elle l'avait quand même soigné.
Lui, il n'avait rien fait pour elle. Les remords l'envahirent d'un coup, il secoua la tête pour les chasser.
Il se reconcentra. Il grimperait par dessus la muraille Ouest de Bonta, la moins facile d'accès, la moins protégée.
Puis, tel une ombre il avancerait vers sa cible, avec la discrétion d'un Sram.
Peut être tuerait il un ou deux gardes, histoire de se faire la main, et d'attirer les miliciens vers une autre piste, pendant qu'il irait régler ses affaires.
Il arriverait a destination et n'aurait plus qu'a mettre son plan à éxecution.

Il se présenterait chez le premier, un notable habitant le quartier des bijoutiers de Bonta.
Il affirmerait être le père d'un copain d'école à son fils.
Il entrerait prétextant rapporter un objet oublié dans la cour de récréation.
Puis, il ligoterait la petite famille et foutrait le feu à la baraque sous leurs yeux horrifiés.

Ensuite, il s'attaquerait au deuxième assassin.
Celui ci logeait près de l'atelier des cordonniers. C'était un trentenaire vivant seul.
Mynock le forcerait à s'agenouillait, puis il le démembrerait, ignorant ses cris de douleurs.
Alors, quand il ne tiendrait plus que sa tête dans ses mains, il exercerait une pression énorme dessus, jusqu'à que ses yeux
sortent de ses orbites, que son crâne se fracasse entre ses mains puissantes.

Puis, il irait trouver le 3ème homme.
Celui ci vivait à coté de la Milice de Bonta.
Le plus agé. Un vrai soldat. Mynock serait gentil avec celui là.
Il l'egorgerait juste après l'avoir roué de coups.
Une mort rapide. Il ne sentirait rien, ou presque.

Après ceci, il se serait vengé à moitié. Mais son coeur aurait besoin de plus.
Ses dernières victimes se trouvant hors de Bonta, il quitterait cette ville maudite, n'y remettant jamais les pieds.
Il se dirigerait vers le Sud.
Une ferme d'Amakna. L'homme y vivait avec sa femme et ses 3 enfants.
Il les attacheraient à leurs chaises.
Il prendrait le nourrisson, le lancerait avec force vers un mur. Ce geste le répugnerait mais il ne montrerait rien. En cet instant il se devrait d'être fort.
Il regarderait la fragile créature se briser. Les cris de terreur de sa mère, les sanglots, tout cela raviverait la flamme en ses yeux.
La benjamine,elle, prendrait un coup de dagues dans le coeur.
L'ainé succomberait de la même façon.
Les enfants n'auraient pas souffert, mais les parents ne beneficieraient pas du même honneur.
La femme se verrait battre, puis il ôterait son coeur forçant son époux à l'avaler.
Puis, ce dernier se verrait crever les yeux. Il finirait dans le ventre d'un mulou.

Le cinquième était déjà mort à la guerre, ne laissant pas de famille derrière lui. Mynock irait profaner sa tombe.

Il ne resterait que le dernier. Le chef. Celui qui avait porté le coup fatal à sa fiancée.
Celui ci avait une femme enceinte.
Quel étrange situation. La même qu'il y à deux ans. Mais cette fois les rôles seraient inversés. Il serait le méchant. Et il aimerait ça. Ce serait jouissif. Savoir
que la vie d'un homme est entre vos mains, surtout quand ce dernier vous a fait du mal. Pendant si longtemps il avait ésperait ce moment. Il en rêvait. L'attente avait
été trop longue. Pourquoi n'était il pas parti plus tôt sur les traces des meurtriers ? Pourquoi ?
Au fond de lui il savait la réponse. Il avait horreur de tuer. Oter la vie, c'était devenir aussi lâche que ses ennemis. Mais alors, que faisait il là ?
La graine de folie semée par Nitroz avait eu raison de lui. Voir le xélor le suivre au bout du monde pour venger sa famille lui avait donné des idées.
A cet instant Mynock ne penserait pas aux consequences. Non, il penserait à son plaisir. Il allait faire son devoir. Mais de quelle manière ?

Mynock allait le faire souffrir. Mais, il aurait la bonté de le tuer, pour ne pas qu'il erre comme lui.
Non, cette homme trouverait la paix éternelle. Auprès de sa compagne qui plus est.
Mais, une paix éternelle, ça se mérite.
Mynock ferait tout pour dresser le tableau qu'il avait subit deux ans auparavant. Il avouerait à l'homme la raison de sa venue.
L'homme verrait sa femme mourir, impuissant.
Mynock commencerait par enfoncer son épée dans le ventre de la donzelle. Le foetus serait le premier de la famille a subir sa vengeance.
Puis, il frapperait la femme, qu'elle saigne comme sa fiancée. Le sang ruisselerait sur ses poings, et il continuerait a cogner.
Quand ce jeu le lasserait, il la tuerait d'un coup de dague dans le coeur. puis il la découperait en petits morceaux.
Il ne la violerait pas. Il se refusait à le faire. Il avait un restant d'honneur qui le lui interdisait.
Il s'en prendrait alors à son mari.
Sa mort serait lente. Il lacerait son corps avec ses dagues, creusant des entailles profondes. Puis, il mettrait un produit corrosif dessus.
Ca brulerait l'homme, le faisant hurler de douleur. Mynock rirait alors.
Puis, il tracerait sur le visage de l'homme, à l'aide de ses dagues, des motifs sinueux. L'oeuvre d'un fou.
Il verrait dans les yeux de sa victime l'horreur et la souffrance.
Celle ci demanderait alors pardon.
De toute son âme. De tout son coeur de pierre.
Mynock refuserait ses excuses. Non, la mort de son amour serait vengée.
Pas de pitié. Jamais.
Dans un dernier signe de démence, il enfoncerait ses dagues dans la gorge de l'homme.


Puis, il partirait. Retrouverait la Milice. Peut être.
A présent que son objectif était rempli, il ne savait que faire.
L'unique raison de sa présence sur cette terre venait d'être effacée. Il ne lui restait plus qu'a mourir.
Non, pas maintenant. Il avait tant lutter contre les autres et lui même pour en arriver là.
Non, il rentrerait chez lui, tout simplement. Il veillerait à faire taire les individus connaissant ses actes. De grès ou de force.
Si on le questionnait, il mentirait.
Car, Mynock avait encore une conscience. Il connaissait la gravité de ses actes. Il savait l'horreur de ses gestes. Cela le hanterait surement, au début.
Puis il oublierait, ne pensant qu'à la satisfaction du devoir accompli.
Mais toujours, la flamme brulera dans ses yeux. Unique témoin du massacre, de sa folie. Ses yeux bleus, unique vestige de son passé scintilleront d'une lueur mesquine.
Et déjà son visage n'arborait plus la même expression de victime. Dès à présent, Mynock était un meurtrier. Un sauvage. Un Homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mynock
Milicien
avatar

Nation : Brakmârien
Messages : 587
Age : 22
Conjoint (e) : Dyin, apparemment.
Localisation : Chez lui, en train d'élever son môme
Métiers : Paysan (30) Boulanger (36)
Humeur : Paternaliste

MessageSujet: Re: Diverses aventures   Dim 5 Sep - 2:08

[Et voilà de quoi expliquer mon absence]

Les draps sont tachés de sang. Il souffre. Les blessures infligées par Wne ne se referment pas, malgré les bandages et les cataplasmes d'Eltharos.
La douleur ne le quitte pas. A peine esquive il un geste, que déjà il retient ses cris.
Elle ne l'a pas raté. Une longue entaille descend de son épaule jusque sur son avant bras, et ce, dès deux cotés.
Ses mains lui font mal, il ne sent plus ses doigts. La dague qu'elle a enfoncée dans ses paumes a bien fait son travail.
Il doit rester allonger. Le coup qu'il a pris dans la poitrine fut dévastateur.
Et sa jambe... Il ne peut plus s'appuyer dessus. Il ne peut se mouvoir.

Pourtant, il doit partir. Il doit se faire soigner. Son état actuel est pire que la mort. Il n'est plus rien.

Il se lève en grimaçant de son lit. Il avance en claudiquant jusqu'à la porte de sa chambre, inspire un coup, et lache un cri quand sa main serre la poignée.
Le sang coule toujours.
Il descend les escaliers, lentement. Il lui semble qu'il met des heures.
Par chance, la porte de la taverne est ouverte.
Il appelle sa dragodinde, ROOOXAAANNE. La plus intelligente de toutes.
Il essaie de monter sur elle, comme il peut.
Il lui intime l'ordre d'aller jusqu'à Otomai.
A présent, seul l'alchimiste peut l'aider. Peut être pourra t-il concocter une potion pour que le sang cesse de couler.
Mynock tourne la tête vers la taverne. Une longue trainée de sang sur le sol, jusqu'à lui.
Il murmure une rapide prière à Iop.
Son destin est entre les pattes d'une dragodinde. Et entre les mains d'un alchimiste fou.
Si jamais Otomai ne peut rien faire, Mynock ne reviendra pas.
La milice est une guilde de mercenaires. Un infirme incapable de se battre, de marcher n'a rien a y faire selon Mynock.
Il serai un boulet. Une loque. Un dechet qu'on laisse sur le bord de la route, qu'on regarde parfois avec pitié. Et, Mynock a horreur de la pitié.
Si jamais il ne peut plus se servir d'une arme, il ne lui restera plus qu'a mourir.
Mais pour l'instant, il doit faire confiance à ROOOXAAANNE. Pourvu qu'elle ne s'égare pas.
Sa wadio dans sa poche, Mynock ferme les yeux.
Le temps est compté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mynock
Milicien
avatar

Nation : Brakmârien
Messages : 587
Age : 22
Conjoint (e) : Dyin, apparemment.
Localisation : Chez lui, en train d'élever son môme
Métiers : Paysan (30) Boulanger (36)
Humeur : Paternaliste

MessageSujet: Re: Diverses aventures   Mar 14 Juin - 8:09

Le brouillard stagne dans le ciel, donnant une allure encore plus lugubre aux ruines de son ancienne demeure. Le feu, dévastateur, n'a laissé que des pierres noirâtres, là où s'élevait autrefois la maisonnette de sa famille. S'avançant parmi les décombres, il trouve une vieille épée rouillée marquée des armoiries des Do'Illundil : Un mufafah rugissant.. Il revoit le lieu où gisait sa mère, l'endroit où son père était tombé.
Et alors, les larmes qu'il refoulait s'échappèrent, coulèrent le long de ses joues.
Il vit toute la scène, le massacre des siens, sa fuite avec sa sœur. Et, tandis que Mynock restait debout, impuissant devant le poids du passé, une ombre se glisse furtivement derrière lui.

- Bonsoir Mynock.

Le Iop se retourne vivement. Devant lui se trouve Nitroz. Ce même Nitroz qui avait laissé le Iop pour mort des mois avant, et que deux étranges personnes avaient réussit à détruire. Mynock se souvenait du cadavre du xélor en train de brûler, la fumée malodorante s'élevant vers le Ciel.

- Non, ce n'est pas possible, pas toi !
- Je t'avais dis que je t'aurai Mynock. Même la mort ne peut pas m'arrêter. En fait, je suis la Mort. Malvenue dans mon monde.

Et, alors qu'il prononce ces mots, Nitroz enfonce une dague dans le cœur de Mynock. Ce dernier écarquille les yeux, et tandis que la vie quitte son corps, murmure un dernier mot : « Enfin ».


Un rayon de lune éclaire doucement une chambre, où un homme gît à terre,
Hetios secoue vivement le grand Iop, de toute la force de ses petits bras. Mais le Iop, enfermé dans son cauchemar continue de hurler. La plaie infligée par Kirts au niveau de son torse s'est rouverte.
Hetios alors, ouvre grand la porte de la chambre, laissant les cris de Mynock se propager.
Et, tandis qu'il se rend compte que son protecteur, le seul qui ait jamais fait attention à lui alors qu'il traîner en haillons dans les rues sombres et mal famées, est en train de mourir, Hetios souffle ces quelques mots dans son oreille: « Mynock, réveille toi s'il te plaît ».
Les cris cessent, mais le Iop ne se réveille toujours pas. Alors, Hetios répète les mots magiques, encore une fois.
Enfin, Mynock ouvre les yeux. Le visage du garçon est baigné de larmes, ses yeux tremblent d’inquiétude. Le Iop se redresse, étonné d'être vivant. Pourtant il a senti la dague dans son cœur, le sang le long de son corps, le souffle de la vie s'échapper.
Il écarte les bras, laissant le garçon se pelotonnait contre lui. Il le serre contre lui, mettant toute sa gratitude dans son étreinte. Et tandis qu'ils sont là, le guerrier, grand, fort, et l'enfant, si faible et si fragile, Mynock décide qu'il ne laissera pas tomber Hetios, quitte à l'adopter s'il le faut.
Il repousse doucement le petit être, le mettant face à lui afin de lui faire part de la nouvelle, quand il aperçoit une tâche rougeâtre sur Hetios.

- Hetios, tu es blessé ?

L'enfant secoue la tête de gauche à droite et pointe du doigt le torse de Mynock.

- Hum, va falloir soigner ça. Viens, on va chercher ce qu'il faut pour.

Une fois soigné, Mynock entraîne Hetios dans la salle principale de la taverne. Il lui murmure :

Tu vas allé dans ma chambre. Tu vas prendre des vêtements pour nous deux. Tu vas aussi prendre un ou deux sacs de toile. Ensuite, tu redescendras, et tu rempliras un des sacs de vivres. Si pendant que tu es en haut tu croises quelqu'un, tu te caches, ou tu fais semblant d'être perdu. Ah, et tu vois la petite boîte que j'ai toujours sur moi, et où on peut entendre des voix ? Tu ne la prends pas. On va faire un voyage tout les deux.
L'enfant s’exécute, mais, contre la volonté du Iop, il cache la wadio tout au fond du sac. Il a l'intuition qu'elle pourrait être utile. Et tandis qu'Hetios remplît sa tâche, le Iop écrit un parchemin.

Puis, une fois leurs travaux respectifs accomplis, Mynock prend Hetios dans ses bras, prépare hâtivement sa dragodinde et chevauche vers sa nouvelle destination.
Si quelqu'un prenait la peine d'étudier ce parchemin, laissé tel quel sur une table, il pourrait lire ceci :

«  Bonsoir,
Je vais m'absenter quelques temps, j'ai pour ainsi dire une mission personnelle à mener. Je vais retrouver les parents d'Hetios. Je veux voir de mes propres yeux les fils de bworks qui ont pu abandonner leurs enfants. Voyez vous, je sais qu'ils sont encore vivant, j'ai réussi à faire parler Hetios, peu cependant, mais suffisamment pour savoir que ses géniteurs l'ont abandonné, livré à lui même car il est trop fragile.
Je vais donc les chercher, et avoir une longue conversation avec eux. J'ai décider de faire d'Hetios mon fils apprenti. Je serai de retour dans quelques jours, sept tout au plus.
Je ne prends pas ma wadio avec moi, pour diverses raisons, toutes plus compliquées les unes que les autres.
Mynock
P.S : Pour ma tutorée : je suis désolé de mon absence, mais je suis sûr qu'un/e milicien/ne sera prêt/e à répondre à tes questions. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mynock
Milicien
avatar

Nation : Brakmârien
Messages : 587
Age : 22
Conjoint (e) : Dyin, apparemment.
Localisation : Chez lui, en train d'élever son môme
Métiers : Paysan (30) Boulanger (36)
Humeur : Paternaliste

MessageSujet: Re: Diverses aventures   Lun 8 Aoû - 0:51

On ne sait jamais ce que l'avenir nous réserve. Un jour, on profite pleinement de la vie, et le lendemain, un Dieu sans scrupules nous prend tout, nous laissant seuls sur cette Terre, seuls avec nos remords, notre peine, notre fardeau quotidien de douleur à porter.
Quelquefois, une âme bienveillante apparaît, et vous redonne le goût de la vie. Peu à peu, on se remet à croire au bonheur, et encore une fois, le destin nous ravît tout. Puis, un matin, un cadeau tombera du ciel. Que ce soit une nouvelle personne à aimer, où un enfant à élever.

C'est en pensant à tout ça que Mynock contemplait Hetios, occupé à chasser des papillons.
L'enfant avait retrouvé le goût de vivre, tout comme le Iop. Chacun avait été une chance pour l'autre. Chance d'avoir une vraie famille, de ne plus être seul dans le noir, de ne plus mendier pour vivre, de ne plus envier les autres familles si heureuses.
Le bonheur. Inaccessible, inespéré. Pourtant, aujourd'hui, un semblant de bonheur irradiait leurs vies.
Mais, est ce sûr ? Elever un enfant est une grande responsabilité. En est il digne ? Mérite il le titre de père ? Peut être. Qui peut en juger, si ce n'est l'enfant lui même, qui, en riant avance près de celui qu'il appelle "papa".

- Dis, je peux avoir une glace, j'ai super chaud !
- Faut voir, tu crois que tu peux y avoir droit ?
- Oui !
- On va voir ça. Essaye de m'attraper !

Et, s'élançant en riant, Hetios essaye de rattraper le grand Iop. Après 10 minutes de ce petit jeu, Mynock se laisse attraper, et tandis qu'Hetios rigole à en avoir mal aux côtes, le Iop lui, sent une douce chaleur se propager dans son corps. La joie. L'amour. Le Bonheur.


Il fait nuit à présent. Le guerrier, allongé dans son lit, réfléchit. Puis, se levant sans un bruit il va s'asseoir à une table, prend une plume et un parchemin et écrit :

" Miliciens, Miliciennes,
Il est temps pour moi de partir. En choisissant d'adopter Hetios, je choisis d'assumer un nouveau rôle pour moi, celui de père. Et, je ne veux élever mon fils ici. Non pas que je n'ai pas confiance en vous, loin de là, mais je veux juste un environnement plus sain pour lui.
En tant que milicien, on ne sait jamais quel fou peut s'en prendre en nous, un type de chez Drosera, les types ayant enlevés Kid, ou tout autre malade.
Je veux que mon fils puisse vivre loin de tout ça, loin de cette angoisse, loin de cette violence. Pour cela, nous devons partir, tout les deux. Loin. Le temps qu'il faudra.
Je vous remercie d'avoir été la famille dont j'avais besoin. Merci d'avoir été là pour moi. Merci de m'avoir permis de rencontre Dyin. Merci."

Il laissa la lettre là, sur la table. Puis il retourna se coucher.
Demain à son réveil, il ferait ses bagages, il laisserait le parchemin bien en vue sur le comptoir, puis il partirait, laissant sa wadio et son blason sur son lit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Diverses aventures   

Revenir en haut Aller en bas
 
Diverses aventures
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES AVENTURES DE JACK BURTON...(N2TOYS) 2002
» [BD] Les aventures palpitantes de Skalf le Gnoblar (blabla)
» illustrations diverses
» [ Roman maritime ] Les aventures de Jack Aubrey, Patrick O'Brian
» Questions diverses sur les Tyranides

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Taverne du Poney qui Tousse :: [Inter-Univers] Autour d'une table :: Air de Paix-
Sauter vers: